jueves, 27 de mayo de 2010

Chuspitas uywani Je garde une mouche / Jose Maria Arguedas Feliciano Mejia

En el marco del Primer conversatorio virtual sobre lenguas indígenas, el poeta Feliciano Mejía nos envía una traducción al francés de una recopilación de José Maria Arguedas. Dado que el quechua y el francés están lado a lado en una suerte de qachwa bilingüe, lo que ha hecho Feliciano Mejía es crear otro poema.

CHUSPITAS UYWANI
Chuspitas uywani Je garde une mouche
quri raprachata, des ailes d’argent,

chuspitas uywani
je garde une mouche
nina ñawichata. des yeux de feu.
Wañuytas apamun Elle ramène la mort
nina ñawichampi, dans ses yeux de feu,
wañuytas apamun elle ramène la mort
quri chuqchachampi. avec ses cheveux d’argent.
Chinchir butillapis Dans une bouteille verte
ñuqaqa uywani,je la garde doucement,
ni pipas yachanchu personne sait
upyanchus manachus, si elle boit,
ni pipas yachanchu personne sait
mikunchus manachus. si elle mange au pas.
Tutapis purikun Elle marche dans la nuit
istrillata qina, comme une petite étoile,
manchaytas karichan et fais trop de mal
pukay kanchayninwan avec le rouge réverbère
nina ñawichanwan. de ses yeux de feu.
Nina ñawichampis Avec ses yeux de feu
kuyayta apamun
elle amène l’amour
tuta kanchariqsi,
dans le brouillard de la nuit,
sunqumpa yawarnin, au fond de la sang de son cœur,
sunquyta kayaynin. au fond de son être.
Tuta puriq kuro Vermine des pas de nuit,
wañuy apaq chuspi mouche que amène la mort,
quñir butillapis, dans une verte bouteille,
ñuqaqa uywani moi, je l’amadoue,
manchayta kuyaspa. et avec terreur je l’aime.


Recopilado en runasimi, José María Arguedas.
©Feliciano Mejía, de la traducción al francés.

26 de mayo de 2010 11:07

1 comentario:

Anónimo dijo...

Feli,
Ta traduction est remarquable, elle garde la dimension poétique comme linguistique de l’oralité andine.
Allíntan qelqamusqanki chay uj fracis ñisqa simipi.
Tupanansicama.
Nilo